Version Française
Version Espagnole
Version Anglaise
 Culture et divertissements
Histoire de Mazamet - La Légende du Peigne d'Or
« Saurimonde, la fée d’Hautpoul »
La cité la plus importante de cette région, célèbre par les luttes de la Croisade albigeoise, était au Moyen-âge, le fort inaccessible d’Hautpoul, dont les sept consuls s’intitulaient avec orgueil les Rois de la Montagne-Noire, et qui portait dans ses armes les six coqs de sable crêtés et barbés de gueules, emblèmes de se fierté et de sa bravoure. Hautpoul est placé sur un contrefort rocheux de la chaîne, au pied rongé par le torrent impétueux de l’Arnette qui gronde à une centaine de toises au-dessous de ses remparts. Du sommet de son donjon le guetteur aperçoit, au loin, par-dessus le pittoresque promontoire de St-Sauveur couronné de son église fortifiée, la belle vallée du Thoré aux verdoyantes prairies, plus loin encore le plateau du Causse dont un pli de terrain cache l’antique abbaye d’Ardorel, et, dans le fond, les hauteurs boisées du Sidobre. L’horizon est vaste et le contraste violent entre le premier plan et les paysages qui lui font suite.
 
Parmi les notables bourgeois de la ville, vaniteux de sa grosse fortune qu’il cherche à augmenter sans cesse, le chef des archers, Rivière, jouit d’une considération qu’il doit autant à son adresse à l’arbalète qu’à la situation élevée de sa famille. Son plaisir favori est la chasse et nul dans l’Hautpoulois ne peut se vanter d’atteindre le nombre de sanglier ou de loups, de lièvres ou de chevreuils que son arme a abattus.
 
Seul et harassé de fatigue, messire Rivière rentrait, par un beau soir d’été, de courir la plaine et il suivait pour regagner Hautpoul le lit sauvage et encaissé de l’Arnette, lorsqu’un frais éclat de rire, perçant au milieu du tumulte des eaux, l’arrêta net, pris soudain d’une vague inquiétude. Aux derniers rayons du soleil disparaissant derrière les hautes cimes, une scène adorable s’offrait à ses yeux. Là, à quelques pas de lui, une jeune femme d’une beauté merveilleuse, les épaules couvertes d’une magnifique chevelure dorée, joue dans un remous du courant avec une ravissante fillette. L’enfant et la belle inconnue, sa mère (on n’en peut pas douter, tant est grande l’analogie de leurs traits) se disputent, avec des rires et des exclamations joyeuses, un peigne d’or étoilé de diamants, véritable merveille, telle que nul être humain ne pourrait en refaire de semblable.
 A ce spectacle, pourtant charmant, Rivière pâlit, car il vient de reconnaître la fée Saurimonde dont si souvent à la veillée s’entretiennent les bonnes gens d’Hautpoul. Bien peu ont pu la contempler, mais tous ceux qui l’ont aperçue se souviennent encore de sa beauté magique, de sa splendide chevelure, de son adorable fillette et aussi du peigne d’or, bijou de reine, œuvre du diable, qui sert à sa toilette. Et le chef des archers repasse dans son esprit les chants des troubadours : ils l’ont tous célébrée, cette Saurimonde, et son nom est connu au loin, de Toulouse, où se tient la cour du comte Raymond, jusqu’à Montpellier, où le roi d’Aragon appelle les poètes ; et avec sa beauté, tous ont chanté son peigne d’or.
 
Cependant, tandis qu’il songe ainsi, Saurimonde, sortant du cristal du torrent, court se reposer sur un rocher de la rive ; la voici bientôt qui attire auprès d’elle son enfant : de sa blanche main, elle prend le peigne fameux et lisse avec tendresse les blondes boucles de la fillette.
 
Mais quoi ! un rien, un mouvement léger, un regard trop aigu de Rivière ! La fée se sent surprise et la vision s’évanouit : Saurimonde entraînant son enfant a regagné la grotte enguirlandée de chèvrefeuille qui lui sert de palais.
 
La nuit est descendue sur Hautpoul, lorsque le chasseur attardé franchit la porte de son château. Le souvenir du spectacle entrevu assiège son esprit et par-dessus tout, par-dessus la beauté de la fée, par-dessus la grâce de l’enfant, c’est le désir, la soif de posséder le peigne d’or qui hante son imagination.
 
Désormais, il n’a plus de repos, plus de sommeil : l’orgueilleux Rivière fuit ses amis, repousse ses flatteurs. La chasse n’a plus d’attraits pour lui ; seule, la vision troublante du royal joyau le poursuit et le possède. Le changement est tel que tous en parlent dans Hautpoul ; mais lui, muet, n’a confié à personne son secret.
  Un soir, sombre, anxieux, il prend son arbalète depuis longtemps oubliée. Où va-t-il ainsi ? Comme un insensé il dégringole en courant les pentes abruptes que dominent les noirs remparts de la cité. Il se glisse au milieu des rochers et des buissons qui bordent le torrent écumeux. C’est là que la vision lui apparut !
 
Par la croix de Saint-Brès ! Elle y est encore ce soir. C’en est fait ! L’arbalète à l’épaule, il presse la détente… et le chef des archers, le tireur qui jamais n’a manqué son coup, le chasseur adroit qui ne revient jamais les mains vides, voit avec stupeur le carreau de son arbalète tomber à quelques pas de lui, tandis que la fée Saurimonde, plus belle et plus rieuse que jamais, le montre du doigt à son enfant en raillant sa maladresse.
 
Maintes fois, par la suite, Rivière, de la plus en plus torturé du désir de posséder le peigne d’or, renouvelle son odieuse tentative ; elle tourne toujours à sa confusion et son dépit augmente en même temps que son envie.
 
C’est après une nouvelle déconvenue que notre homme gravit le chemin escarpé, pavé de larges dalles, qui mène à l’église de St-Sauveur : -« Mon cousin l’abbé, s’est-il dit, saura mon secret ; je suis certain que lui du moins le gardera : peut-être même, en qualité de clerc, pourra-t-il me donner la recette qui fera passer dans mes mains le peigne d’or de Saurimonde. »
 
-« Oui, c’est pour sûr une fille du diable, lui répond le prêtre ; et tu as pour réussir un moyen infaillible : aie soin de fixer sur le projectile qui doit te servir une monnaie de notre seigneur le Comte, dont la croix de Toulouse orne le centre ; tu atteindras sûrement ton but ; la bonne arbalète portera avec sa précision habituelle et Saurimonde frappé à mort t’abandonnera son bijou ».
 
A ces mots, Rivière sent son espoir renaître et le lendemain même le soleil couchant le voit à son poste, dans les lieux témoins de ses ridicules déconvenues…
 
Voici enfin l’heure où la fée aux cheveux d’or apparaît. Saurimonde se montre, plus belle que jamais ; un voile léger couvre à peine son corps adorable ; sa chevelure dénouée flotte sur ses épaules et ses yeux profonds et clairs semblent sourire, en cherchant du regard son maladroit ennemi. Toute heureuse, elle s’approche de l’eau limpide du torrent et sa ravissante fillette, vraie miniature de sa beauté, court la rejoindre.
 
Maintenant, il fait presque nuit ; le froid descend ; Saurimonde, le peigne d’or à la main, appelle son enfant qui joue encore et lui échappe sans cesse.
 
-« Par Dieu, rivière, c’est le moment d‘agir, le joyau est à toi ! »
 
Une lueur féroce dans son œil avide, il ajuste, sûr cette fois de son coup ; il presse la détente…
 
Ciel ! Un cri terrible a retenti ; c’est l’enfant qui est atteinte et la mère éperdue, jetant dans le torrent furieux le peigne d’or désormais inutile, emporte dans ses bras sa mignonne fillette dont une plaie sanglante rougit la peau nacrée. Mais la fée qui ne connaît que les jeux et les rires, s’arrête au seuil de la demeure qu’elle ne franchira plus jamais. Au milieu des sanglots dont elle couvre le cadavre chéri, elle lance au misérable orgueilleux l’imprécation de son désespoir. -« Malheur à toi ! Assassin de mon enfant, de grande Rivière que tu étais, tu deviendras petit ruisseau ! »
 
Puis elle disparut et nul ne l’a revue depuis.
 
Le vainqueur de Saurimonde cherche vainement dans le torrent le peigne d’or, cause de son forfait ; il ne put jamais le retrouver. Mais la prédiction de la fée se réalisa et la descendance de Rivière, tombant de chute en chute dans l’obscurité et dans la misère, a aujourd’hui complètement disparue dans l’Hautpoulois.
 
Il ne reste de cette légende que la grotte de Saurimonde qui porte encore le nom du Peigne d’or. Mais le palais de la fée a été presque complètement éventré pour laisser passage dans ces dernières années, à la route si pittoresque qui suit le fond du ravin de l’Arnette en amont de Mazamet. 

(Conte traditionnel de la Montagne noire, littérarisé et arrangé par Henri Tournier vers 1899-1900 Revue du Tarn vol XVII, année 1900).
Actualités
puce A la Une

17ème cyclosportive La Jalabert 17ème cyclosportive La Jalabert
19 août
17ème cyclosportive La Jalabert

17ème cyclosportive La Jalabert 19 août

La Jalabert» est une des plus prisée parmi les cyclo-sportives du sud de la France, c’est la 17ème Edition; autant dire qu’elle est devenue une classique incontournable. Il faut ajouter que notre belle région est appréciée par tous les concurrents et leurs amis touristes. Cette année, nous emprunterons la route du Tour de France (Pic de Nore), le plateau du Sambrès, le cabardès, le minervois et retour par Fonbruno.

Superbes routes ombragées. Cette journée est aussi une fête; le repas convivial, un modèle du genre, en attendant la tombola et la remise des coupes.

3 courses et 1 rando : La Laurent 150 km à partir de 18 ans La Nicolas 100 km à partir de 17 ans La Pitchoune 70 km à partir de 15 ans La Rando 40 km ouverte à tous (accompagnant pour les moins de 14 ans requis).

Fournissez votre certificat médical via le formulaire d'enregistrement de votre inscription ou par e-mail à l'adresse suivante: admin@uvmazamet.fr

Plus de renseignements sur l'épreuve/hébergements: Office de Tourisme de Castres – Mazamet: 05 63 61 27 07



La Jalabert» est une des plus prisée parmi les (...)
Dimanches au kiosque Dimanches au kiosque
12 et 26 août
Dimanches au kiosque

Dimanches au kiosque 12 et 26 août

Dans le cadre paisible du Jardin des Promenades, les Dimanches au kiosque vous invitent pour une escale musicale, de 18h à 20h les 12 et 26 aôut.

L'association La Lune derrière les granges, association pluriculturelle et vagabonde de Castres investit le kiosque !

Concert, buvette et restauration rapide avec Les Ti Bouts D'Alix.

 

Dimanche 12 août

ORCIVAL (Folk, World, Electro)

Seul en scène, «Orcival» vous embarque dans un voyage intemporel.
Avec ses guitares, il oscille entre blues et musique du monde, entre chanson et mélodie instrumentale.
Son inspiration, il la puise dans les forêts, les montagnes et les voyages. Le bois et les cordes issus de cette nature, côtoient des rythmiques électroniques venant de la ville et du bitume.
Nature et culture urbaine se rejoignent pour former une musique cosmopolite, actuelle et généreuse.

« Orcival » est né en 2015 avec le premier album « Mountain Light ».
Le second opus, « Like the Sun » a été enregistré en 2016.
Il a été présenté en avant première au Bijou à Toulouse et chaleureusement accueilli par le public et les professionnels lors de sa sortie officielle début 2017.

https://www.youtube.com/watch?v=GE-_5PkPhdE

https://www.youtube.com/watch?v=0ETtCpuVDoc

https://vimeo.com/141918020

 

Dimanche 26 août

Jim Bergson (Indie Folk) 




Artiste solo et personnage aux accents anglo-saxons, dont la composition et l’écriture en anglais oscille entre puissance et mélancolie.

Seul sur scène dans un one man band* électrique, le jeune homme se présente comme un amoureux des songwriters des 50’s à aujourd’hui, flirtant avec une certaine intimité émotionnelle. L’artiste nous invite finalement dans un univers puisant dans le folk, le blues et le rock où les sonorités et l’harmonica façon Bob Dylan rappellent parfois les bandes originales de road movies, les grands espaces et un voyage, définitivement intérieur.

*(Chant /Guitare électrique / Grosse Caisse / [Harmonica])

https://www.youtube.com/watch?v=4Y4g0D4_TvI

https://www.youtube.com/watch?v=77aACc7OO-c

https://www.youtube.com/watch?v=LaUWx_Olsc4

 



Dans le cadre paisible du Jardin des Promenades, les (...)
Cérémonie de commémoration de la reddition de la colonne allemande le 22 août 1944
Mercredi 22 août
Cérémonie de commémoration de la reddition de la colonne allemande le 22 août 1944

Mercredi 22 août

La cérémonie de dévoilement de la plaque commémorant la reddition de la colonne allemande le 22 août 1944 aura lieu le Mercredi 22 août 2018.



La cérémonie de dévoilement de la (...)
Festival Musiques d’été Festival Musiques d’été
17, 19 et 27 juillet, 26 août et 16 septembre
Festival Musiques d’été

Festival Musiques d’été 17, 19 et 27 juillet, 26 août et 16 septembre

Co-organisé par l’AVPM et l’association Agapé, l’édition 2018 du festival “Musiques d’été” propose cinq temps forts, à la rencontre d’artistes de grande qualité.

  • Mardi 17 juillet à 20h30 au temple Saint-Jacques :Haydn Quartet
  • Jeudi 19 juillet, à 20h30 à l’église Saint-Sauveur :Duo Saxorgue, de Bach à Gershwin

  • Vendredi 27 juillet à 20h30 au Temple Saint-Jacques: Concert Gospel Train
  • Dimanche 26 août, à 17h30 au temple Saint Jacques: L’Opéra chante l’amour
  • Dimanche 16 septembre, à 17h30 au temple Saint-Jacques : Du vent dans les cordes





Co-organisé par l’AVPM et l’association (...)
Mazamet, un des 100 Plus Beaux Détours de France
Mazamet, ville bien gérée
Mazamet ville fleurie
Suivez-nous sur Facebook
Accéder à l'E-administration